28 mars

Anthropomorphisme, quand nous reflétons beaucoup trop nos émotions sur nos chiens

L’anthropomorphisme a tellement de facettes !

anthropomorphisme

© thedisneyprincess.tumblr.com/

Souvent on imagine la petite mamie mettre la table pour son chien, la bimbo mettre un noeud rose dans les poils de son chien, ou encore des gens habillant leur chien de la même façon qu’eux mêmes.

Sauf que ces situations là sont quand même assez rares et surtout je pense que ces gens là sont conscients de faire de l’anthropomorphisme.

Quand bien même s’ils ne s’en rendraient pas compte, leur entourage se charge de le leur dire la plupart du temps.

Donnons la définition de l’anthropomorphisme selon Wikipédia : L’anthropomorphisme est l’attribution de caractéristiques du comportement ou de la morphologie humaine à d’autres entités comme des dieux, des animaux, des objets, des phénomènes, voire des idées. Le terme a été crédité au milieu des années 1700.

Ici je voudrais surtout parler de prêter des intentions, des sentiments, des actions qui ne peuvent pas être celles de nos chiens, mais bien les nôtres !

La grande majorité des gens font alors complètement de l’anthropomorphisme sans le savoir ou sans se l’avouer. Et même, je trouve, que c’est sa forme la plus « grave », dommageable pour le chien tout du moins.

Qui n’a jamais pensé que son chien était jaloux, qu’il se vengeait ou qu’il essayait de prendre la place d’un des conjoints dans la maison ? En voilà de l’anthropomorphisme !

Voilà la pire forme pour moi ! Nous prêtons à nos chiens des sentiments et des intentions qu’ils n’ont pas ! Pourquoi ?

Tout simplement parce que le cerveau humain est fait pour comprendre ce qu’il voit et si l’on se met à la place de nos chiens nous aurions agi de la même façon.

Mais un chien n’est pas un humain, il ne réfléchit pas de la même façon et heureusement !

Ils ne sont pas machiavéliques, n’échafaudent pas de plans pour nous nuire (contrairement aux chats haha) et ce qu’ils font c’est simplement essayer d’obtenir davantage de privilèges, d’avoir accès à des ressources gratifiantes par exemple.anthropomorphisme

Mais surtout, ils réagissent et interagissent en fonction de nos propres actions et émotions !

Alors je dis ça comme si je ne l’avais jamais pensé, que ceux qui pensent cela sont des humains horribles et maltraitants mais en réalité j’essaye surtout de réfléchir à pourquoi nous disons cela et si cela est vrai ou non.

Mon chien n’a donc aucune jalousie et ne se venge jamais ?

Si ! Mais uniquement d’après votre vision de la situation et ce n’est que le reflet de votre propre sentiment.

Prenons deux exemples que je rencontre très fréquemment en consultation :

1/ Lorsque je m’absente il me le fait payer en détruisant tout à la maison.

Le premier réflexe effectivement, c’est de penser que notre chien veut nous faire payer le fait que l’on parte et qu’on le laisse seul. Mais essayons de comprendre déjà pourquoi nous pensons cela et, est-ce vraiment la bonne explication ?

Souvent nous avons ce réflexe parce que nous-mêmes nous sentons un peu coupables, « oh le pauvre je le laisse seul pendant x heures, je ne suis pas très sympa ». C’est votre petite voix intérieure.

Sinon vous vous dites, « mais quel ingrat, je lui donne tout ce qu’il faut et il me le fait payer car il en veut plus ».

La vision du chien maintenant : mes maîtres s’en vont, je m’ennuie, le canapé à l’air sympa, ah mais ce coussin a un fil qui dépasse, je vais le couper… ah et en plus y a un truc trop marrant qui en sort, je vais tout vider pour voir comment c’est dedans… tiens je vais aussi aller regarder dans la cuisine… hummm ça sent hyper bon dans cette poubelle, c’est quoi ?… etc tout au long de la journée.

Vous avez compris où je voulais en venir. Souvent les cas de destruction sont dus à de l’ennui et pour régler le problème il y a plein de choses qui peuvent être mises en place.

Davantage de sorties les jours où l’on peut faire de grandes balades en forêt, des aménagements pour que votre chien trouve de la distraction autre que vos plinthes et vos meubles, un juste équilibre entre le bonheur de votre présence et le stress de votre absence, bref plein d’aménagements sont possibles pour éviter le problème ou le corriger.

Oui mais mon chien sait qu’il a fait une bêtise alors c’était bien fait pour m’embêter ! Je vous invite à lire cet article que j’ai écrit il y a quelques temps : Mon chien sait quand il fait une bêtise ! Il a cet air coupable à chaque fois…

Pour faire court (ou presque) une expérience a été menée sur cet air coupable qu’ont les chiens quand on rentre et qu’ils ont fait une bêtise.

En fait ils ont cet air là en rapport à notre propre réaction (comme la plupart du temps d’ailleurs). Ils ont testé le fait de laisser un chien qui faisait des bêtises pendant les absences de son maître et qui se faisait disputer à chaque fois.

En effet, il avait cet air coupable à chaque fois qu’il faisait des bêtises. MAIS ce qu’ils ont testé c’est : un jour au lieu de laisser le chien détruire, ils ont détruit eux-mêmes des choses et laisser plein de bazar dans la maison, partout sur le sol !

Le chien n’avait donc rien à voir avec les dégâts et les bêtises mais quand ses maîtres sont rentrés il avait toujours ce même petit air coupable. Pourquoi ?

Tout simplement parce ce qui déclenche son faciès et son attitude ce sont les réactions de ses maîtres ainsi que les dégâts sur le sol. Bah oui à chaque fois que la plante est renversée et qu’il y a des morceaux de papier au sol, ils sont fâchés.

Au moment où il détruit il n’envisage pas le résultat, il ne se dit pas que s’il détruit alors il va en mettre partout et que ses humains seront fâchés et il se dit encore moins que cette réaction en chaîne va lui permettre d’assouvir une quelconque vengeance !

Par contre il peut finir par manger les morceaux qui traînent au sol pour éviter la punition (que ce soit lui ou non qui les ait répandus d’ailleurs).

2/ Quand le chien se fait disputer il va se venger en faisant pipi sur le lit de ses humains !

Problème fréquent sur des chiens sensibles qui se font rabrouer plus ou moins fortement.

anthropomorphisme

© Cindy Obitz photographie

Voyons le problème des deux côtés :

Du point de vue humain : je dispute mon chien pour x ou y raisons et directement après, il va se soulager sur mon lit, sur le lit de mes enfants ou sur le canapé.

Effectivement il y a de quoi être légèrement énervé je suis d’accord, mais essayons de voir du point de vue du chien :

Je me fais disputer, ça me met très très mal à l’aise, je ne suis pas bien et je ne sais pas comment gérer cette situation. Je vais aller m’apaiser en urinant dans un endroit où il y a l’odeur de mes humains.

A ce moment là, le chien n’a fait que suivre son émotion, il a eu besoin de s’apaiser, de se remettre dans sa zone de confort.

Quelle est la solution alors ? Car si à chaque fois que je ne suis pas content il va faire pipi sur mon lit ce n’est pas vivable…

On est d’accord que ce n’est pas vivable mais il serait alors bien de comprendre pourquoi il est mal à l’aise.

Est ce que la dispute était trop forte ou impressionnante pour lui (chaque chien à son propre niveau de tolérance et de sensibilité), est ce que la raison de la dispute était indépendante de sa volonté ou de sa possibilité à arrêter (exemple, il a creusé dans le jardin, il a aboyé en entendant du bruit dans le couloir…) etc…

Plein de questions à se poser donc avant de tirer des conclusions.

C’est une des raisons principales à une mauvaise relation humain-chien et des interprétations qui peuvent gâcher un bien vivre ensemble et en harmonie !

Quand je dis que c’est la pire forme d’anthropomorphisme, j’exagère un petit peu car ne pas laisser son chien aller jouer dans la boue de peur qu’il ne se salisse ou ne pas le laisser interagir avec ses congénères car ça grogne et ça joue trop brutalement pour vous, c’est également très dommageable pour le bien être de votre chien !

Mais ici c’est quelque chose de plus pernicieux, de plus invisible. A force de prêter de mauvaises pensées à nos chiens, on finit par les voir comme ils ne sont pas.

On finit par avoir du ressentiment car on ne comprend pas leur ingratitude, leur méchanceté à notre égard ou encore leur machiavélisme grandissant.

Laissons les être des chiens et avoir des instincts de chien, des émotions liées à leur espèce. Nous vivons au côté d’une autre espèce, le mieux que l’on ait à faire c’est de l’observer et d’essayer de la comprendre plutôt que de lui prêter nos sentiments, nos façons de voir et de réagir. Surtout que l’humain ne s’illustre pas par son innocence 😉

Evidemment nous avons tous eu ces réactions là au moins une fois, nous sommes des humains et donc imparfaits par nature. Le but de cet article est d’essayer d’en prendre conscience quand la situation se présente.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.6/5 (20 votes cast)

Anthropomorphisme, quand nous reflétons beaucoup trop nos émotions sur nos chiens, 4.6 out of 5 based on 20 ratings




Wordpress SEO Plugin by SEOPressor