14 novembre

Mon chien est jaloux de mon autre chien

Quelque fois, quand on prend un deuxième chien, celui ci est jaloux du premier ou l’inverse, le premier est jaloux du petit nouveau. Comment faire ? Quelle attitude adopter ?

Mais qu’est ce que la jalousie chez le chien ?

En premier lieu il faudrait se mettre d’accord avec ce que l’on entend par jalousie. En réalité, beaucoup s’accordent à dire que la jalousie n’est pas un sentiment ressenti par les chiens. Que les chiens ne ressentent d’ailleurs aucun sentiment mais uniquement des émotions. Je ne sais pas trop quoi en penser à vrai dire.

Donc ce que l’on entend par jalousie serait peut-être généralement de la garde de ressources tout simplement. Il ne veut pas que l’on vous approche, qu’on lui prenne son jouet ou n’importe quel jouet d’ailleurs, il garde la gamelle et empêche l’autre chien de manger, parfois même de se déplacer.

Enfin, toujours est-il que peu importe le nom que l’on donne à ce comportement, ça ne va pas et il vaut mieux réagir rapidement avant que les mauvais comportements ne s’installent trop. Ici je vais employer le mot jalousie car c’est ce qui nous vient en premier en tête pour décrire les différents comportements que l’on observe.

Il ne faut pas perdre de vue qu’un chien n’est pas calculateur et que son comportement n’est dicté que par ses émotions. C’est agréable je le refais, ce n’est pas agréable, je ne le refais pas. Je schématise beaucoup mais il est important de garder à l’esprit que le chien n’est pas manipulateur et n’est pas vicieux, il ne fait rien exprès pour nous embêter 😉

Comment régler le problème ?

Alors pour régler le problème il faut tout d’abord comprendre pourquoi votre chien est jaloux de l’autre chien. Cela n’arrive pas comme ça, juste parce qu’il est jaloux. Bien sûr il y  un terrain favorable et le caractère du chien joue une grande part là dedans mais généralement nous avons commis de petites erreurs sans s’en rendre compte.

C’est votre premier chien qui est jaloux.

Cela arrive assez souvent parce qu’il y a le syndrome du chien unique. Le premier a été chouchouté, choyé, parfois même considéré un peu comme un enfant. Dans tous les cas c’est souvent le centre de l’attention et il n’a pas l’habitude de partager, surtout si il ne côtoie pas beaucoup d’autres chiens.

Quand un deuxième arrive, il le voit comme un rival, comme un intrus qui lui vole ses privilèges. Tout d’un coup il n’est plus le centre de l’attention, le petit chiot tout mignon lui vole la vedette.

Comme le chiot est petit et mignon, alors il est fragile donc on lui cède plein de choses qu’on ne cède pas au grand. Bah oui, le grand est grand, il peut comprendre.

Ce qu’il comprend surtout c’est que le petit nouveau a mieux, toujours mieux ! Vous êtes bien plus intéressé par le chiot que par lui. Tout change pour le chien déjà là, tout son monde est différent, toutes ses habitudes, toutes les vôtres, tout ! Ce n’est pas facile d’accueillir un congénère chez soi.

C’est votre deuxième chien qui est jaloux.

Peut-être que vous avez eu peur que votre premier le soit alors vous lui conférez des privilèges que n’a pas le deuxième.

Vous voulez qu’il ne voit pas l’arrivée du deuxième comme une menace à votre bonne relation avec lui, alors vous le faites toujours passer avant, vous repoussez l’autre quand vous lui faites un câlin par exemple ou il n’y a que lui qui a le droit au morceau de pain après manger, etc. Plein de petites situations qui montrent au nouveau venu que le premier en place aura toujours mieux, en fait, le premier A toujours mieux.

J’ai également fait ce genre d’erreur avec mes deux chiens et mon deuxième, Kuma, déjà de nature jaloux, a été mal renforcé. Aujourd’hui il est inquiet d’avoir moins bien qu’Akiko et cela provoque des conflits inutiles entre eux.

Comment j’en suis arrivée là ?

J’explique, je sortais Kuma vers 6h du matin quand il était petit, évidemment, Akiko, elle, ne voulait pas sortir si tôt et restait à la maison. En rentrant de la balade j’allais donc lui faire un câlin sur le canapé et dès que je me mettais accroupie pour câliner Akiko, Kuma arrivait du haut de ses deux mois pour se mettre sur mes genoux et participer au câlin.

Je me disais qu’il fallait que j’accorde ce moment à Akiko puisque je venais d’avoir un moment avec Kuma. Je repoussais donc Kuma pour qu’il comprenne que c’est chacun son moment et que tout n’était pas pour lui.

Sans le vouloir j’ai créé là une mauvaise association et un mauvais ressenti pour Kuma. En réalité, Akiko s’en serait fichu que je garde Kuma sur mes genoux (tant qu’il venait pas l’embêter elle), et Kuma aurait vu que ce n’est pas parce que je donne à Akiko quelque chose, que lui n’y a pas le droit.

Le problème ici c’est que souvent ce genre de caractère se manifeste aussi à d’autres moments, et nous avions l’impression que Kuma avait besoin d’être le centre du monde alors que Akiko était là avant et que, dans nos têtes d’humains, c’était plutôt à Akiko de l’être, elle était là avant !

En fait Akiko s’en fiche de passer après, elle n’a pas besoin et surtout envie d’avoir mieux. Elle se satisfait de ce qu’elle a.

Quand nous « disputions » Kuma pour qu’il lui laisse son os (il avait la même chose au même moment hein) ou pour qu’il ne se précipite pas avant elle brutalement pour avoir tout en premier, et bien ça la mettait davantage mal à l’aise que si nous n’avions rien dit et que nous n’avions pas réagi.

Quand Kuma était petit il avait également des croquettes différentes puisque c’était des croquettes pour chiots, il voulait donc naturellement celle de Akiko qui était à la fois celle de Akiko et à la fois nouvelles et interdites.

En lui interdisant systématiquement les croquettes de Akiko, j’ai encore une fois renforcé son impression d’avoir moins bien. En plus elle, ne voulait pas de celles de Kuma, donc il n’y avait que lui qui était disputé encore une fois. Vous voyez où je veux en venir ?

Ce que j’aurais dû faire et ce que j’ai fait pour corriger le tir.

A chaque moment où il manifestait son inquiétude de passer après ou d’avoir moins bien, j’aurais du lui montrer qu’il y en avait autant pour lui. J’aurais donc renversé la donne en créant un bon sentiment ou lieu d’un mauvais. Tout le comportement aurait été modifié.

J’explique, quand il se précipite pour prendre ce que je donne à Akiko, je lui en donne deux fois plus ! Si il lâche son os pour prendre celui d’Akiko, alors je le laisse faire et donne à Akiko celui que Kuma vient de délaisser. Cela pouvait durer longtemps et il finissait généralement par garder les deux et Akiko s’en allait.

Cela m’énervait alors j’en récupérais un (il ne fait aucune garde de ressource vis à vis de moi, je peux donc tout lui prendre sans souci) et allais le donner quand même à Akiko. Sauf que Akiko ne le prenait pas, tournait la tête et je la sentais mal à l’aise.

J’ai décidé de tout revoir et de laisser de côté mes sentiments d’humain. J’ai adopté le comportement d’Akiko, c’est elle qui m’a appris à éduquer Kuma !

J’ai vite compris qu’en réalité elle fuyait le conflit et ne cherchait qu’à apaiser la situation et surtout à apaiser Kuma. En lui laissant systématiquement tout ce qu’elle a, elle lui indique qu’il n’a pas à être tendu car elle ne représente pas une menace.

J’ai suivi son comportement, je ne suis plus intervenue comme je le faisais avant. Quand je donne une friandise qui dure un peu longtemps comme un crouton de pain rassis et dur (très bon pour les dents et pas cher), Akiko met deux fois plus de temps que Kuma à le manger, alors je séparais pour ne pas avoir à disputer Kuma qui allait lui voler ce qu’elle faisait tomber.

Petit à petit cette méthode a porté ses fruits et Kuma était de moins en moins tendu, il a vite compris qu’il avait toujours autant, voir plus et surtout qu’il avait assez pour ne pas manquer (enfin avoir l’impression de ne pas manquer). Ce qui compte ce n’est pas ce qu’il a, mais ce qu’il croit avoir car il a toujours eu autant.

Rien n’est jamais totalement acquis.

On ne peut pas dire que ce soit quelque chose qui disparaisse complètement mais disons que c’est quelque chose qui se gère. Parfois il a des petites attitudes comme avant, il se précipite pour lui voler sa balle par exemple. Et bien je continue sur la même ligne de conduite.

Je me détends, je ne lui crie pas dessus et je lui montre qu’il a aussi bien, et même mieux. Il y a plein d’astuces pour lui faire croire qu’il a mieux, il suffit juste d’être un peu créatif et un peu malin.

En ayant beaucoup travaillé,  je peux jouer avec les deux en même temps et chacun son jouet, pas de jaloux ! Je fais un câlin à Akiko, il ne vient quasiment plus pour en avoir un aussi, il préfère rester couché et attendre le sien !

Chaque chien est différent, chaque situation familiale est différente mais ce qu’il faut retenir c’est que la manifestation d’un mauvais comportement comme la jalousie n’est pas une façon qu’a votre chien pour vous ennuyer ou d’avoir mieux, c’est une manifestation de son inquiétude de ne pas avoir suffisamment, de se sentir lésé.

A nous de leur montrer qu’ils n’ont pas à être jaloux, ils seront toujours les meilleurs à nos yeux non ?

Si vous aussi vous avez un chien jaloux ou que vous aussi vous connaissez des chiens jaloux, alors partagez cet article et votre expérience avec la communauté.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.3/5 (18 votes cast)

Mon chien est jaloux de mon autre chien, 4.3 out of 5 based on 18 ratings



Wordpress SEO Plugin by SEOPressor