1 février

Un chien en longe : mode d’emploi

Cela fait un petit moment que je voulais parler de la longe et de son utilisation. Je trouve qu’elle est très mal utilisée dans la majorité des cas que j’ai vuS. Les maîtres pensent que comme le chien est attaché, on n’a plus besoin de lui parler. Je pense que c’est une grave erreur.

Pour moi, ce n’est qu’une sécurité, un truc « au cas où »… le problème c’est que, tristement, les gens ne communiquent pas avec leur chien ! S’ils veulent qu’ils reviennent, alors ils tirent sur la longe sans décrocher un mot ou un regard pour leur chien. S’ils veulent aller à droite ou à gauche c’est la même chose. Le mieux est de guider le chien, qu’il sache ce qu’on attend de lui. Même en longe, le chien doit s’arrêter au signal « stop ». A terme, on ne devrait plus être obligé de mettre le pied sur la longe pour qu’il s’exécute.

Quand le chien est en liberté, on est beaucoup plus attentif et on communique davantage avec lui. Le chien apprend en plus à écouter, même (et surtout !) lâché. Faites le test, dans un endroit clos par exemple, de lui apprendre le rappel. Vous allez davantage lui parler car vous aurez réellement besoin de capter son attention. Quand vous l’avez en longe, vous pouvez lui donner un petit coup de collier pour qu’il vous écoute et donc vous faites moins l’effort d’être motivant. Réagissez de la même façon que si il était lâché, même si il est attaché. Il faut qu’il comprenne ce que vous attendez de lui et la longe n’est qu’un « au cas où », un outil !

Son utilisation est, selon moi, souvent un moyen de rassurer des maîtres inquiets et leur permettre de travailler le rappel sans transmettre de stress au chien. Cela permet aussi de travailler avec son chien en toute sécurité, on peut mettre le pied sur la longe ou le rattraper plus facilement s’il s’échappe. Mais c’est un outil de travail, donc il faut travailler avec ! Le problème lorsque l’on met une longe à un chien sans travailler le rappel, c’est que le jour où il ne l’a pas, il ne reviendra pas. Et oui ! on ne lui aura pas appris à revenir.

Certains chiens ne pourront jamais être lâchés. Leur permettre de courir avec une longe de 10m par exemple est malgré tout une bonne alternative à la liberté. Il y a aussi la semi liberté, on sait que son chien est dans une période difficile ou tout simplement qu’il n’écoute pas assez bien. On lui laisse traîner la longe, il est donc libre de ses mouvements mais vous pouvez le rattraper plus facilement que s’il était totalement libre.

J’ai lu une petite astuce sur un forum : mettre une chambre à air autour de la longe pour la faire glisser, cela évite les brûlures aux mains 🙂

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.0/5 (2 votes cast)

Un chien en longe : mode d’emploi, 4.0 out of 5 based on 2 ratings



Wordpress SEO Plugin by SEOPressor