11 novembre

[podcast] Chronique du livre Planète chien de Joelle CaveRiviere

Dans ce premier podcast je vous donne mon avis du livre Planète Chien de Joelle CaveRiviere.

Faites un Clic droit sur télécharger puis « enregistrer sous » pour l’avoir sur votre ordinateur.

J’aime beaucoup les podcasts

Quoi de mieux que de pouvoir apprendre sur vos chèrs loulous pendant que vous êtes dans les transports, pendant que vous conduisez ou encore pendant que vous jardinez, cuisinez…

Si vous avez aimé ce premier podcast, et que vous voulez en voir davantage sur Primitif Addict, laissez moi votre commentaire…dans les commentaires 🙂

Soyez indulgent, c’est mon premier et j’espère qu’il vous plaira 🙂

 

[Transcription texte]

Bonjour, c’est Margaux du blog Primitif Addict,

Bienvenue dans ce premier podcast ou je vais vous faire la chronique du livre Planète Chien de Joëlle Caverivière.

C’est un livre que j’ai beaucoup aimé je le trouve très complet, il aborde aussi bien l’histoire et les origines du chien, il nous parle autant de l’éducation que du comportement, son auteur à a peu près la même idée que moi du chien.

Je trouve que c’est un livre facile à lire, il est agréable également, il n’y a pas de mots pompeux que personne ne connaît, ça parle vraiment du chien au quotidien et comment appréhender son chien, c’est un livre que je trouve très important que tout propriétaire de chien devrait lire, sans vouloir lui faire trop de pub, je pense qu’il est assez complet pour que tout le monde puisse s’y retrouver.

Ça parle au début des origines du chien, parce que c’est vrai que c’est assez controversé en ce moment, il y a une nouvelle théorie qui dit que le chien ne descend pas du loup, est-ce que vraiment il descend du loup, est ce qu’ils ont juste des ancêtres communs.

C’est une première partie un peu théorique, ça parle de la domestication, de savoir si à l’époque c’était plutôt des chiens d’utilité, il y a eu les chiens de combat…Il y a eu pas mal de choses au cours de l’histoire avec les chiens.

Elle aborde aussi tout ce qui est LOF, les afixes, les pédigrées…pour ceux qui ne connaissent rien c’est bien de savoir ça.

Ensuite Joelle Caverivière parle du comportement et ça c’est quelque chose de très important, parce que les gens même s’ils veulent éduquer leurs chiens, ils oublient assez souvent de savoir lire leurs chiens et de comprendre leurs comportements, quand un chien à un comportement gênant. Il faut aller à la cause et pas aux symptômes, c’est souvent la grande erreur des gens.

C’est vraiment pas mal, elle aborde, tous les comportements socio-alimentaire, territoriaux, sexuelles, etc…

Moi j’ai beaucoup appris quant à la définition d’une meute dans le cas des chiens, comment se comporte le meute par rapport aux différents stades à savoir quand c’est un chiot, un jeune, un adolescent, un adulte, un vieux également et c’est vraiment intéressant, on apprend des choses qu’on ne soupçonne pas.

Je vous lis un petit bout qui parle de la hiérarchie entre chiens:

‘’

Chamois berger allemand femelle de 14 ans, règne avec calme et détermination sur son groupe de chiens.

Voilà 11 ans qu’elle vit avec sa maitresse qui s’occupe d’évaluer et de rééduquer des chiens abandonnés en vue de leur réinsertion, à ce titre Chamois était confrontée à plus d’une centaine de chiens de toutes races et tout âge.

 

Chaque nouvel arrivant a eu tôt fait de prêter allégeance sans la moindre discussion, sans la moindre rébellion et Chamois est toujours respectée malgré sa vue qui baisse et son arthrose.

 

Pour mieux comprendre la maitresse a filmé Chamois et ses interactions avec les nouveaux arrivants et le scénario s’est toujours renouvelé.

Dans premier temps Chamois identifie le jouet, ou l’objet qui ne présente que très peu d’intérêt pour le nouvel arrivant.

 

Planete Chien Berger Allemand

 

Ainsi Murdoch berger australien en pleine force de l’âge, n’accorde aucune intention à la balle de tennis, Murdoch n’est pas susceptible pour la gamelle, n’est pas très intéressé par la nourriture ou les jouets arrangés.

Par contre dès son arrivée il s’est approprié le hérisson jaune, retroussant les babines dès que quiconque s’approche, dans un premier temps Chamois s’est interposé dès que Murdoch s’approcher même accidentellement de la balle, se déplaçant elle-même.

 

Elle s’interposait physiquement entre la balle et Murdoch, parfois même en posant la patte sur la balle tout en regardant fermement Murdoch, regard direct de mise en garde, déterminé, mais sans aucune manifestation agressive, cependant visiblement la balle n’intéressait ni Murdoch ni Chamois, après que le même scénario se soit renouveler quelques fois, Murdoch s’écarte de lui-même de la balle sur un simple regard de Chamois sans même qu’elle ait besoin de bouger.

 

Au bout d’une petite semaine Chamois déplace Murdoch d’un simple regard, il devient difficile de savoir pour quelle raison Murdoch est ainsi déplacé même lorsqu’il n’est pas à proximité de la balle, sur un regard de Chamois couchée dans son lit, Murdoch se lève de la place qu’il occupe et va s’installer à l’endroit décidé par Chamois.

 

C’est à ce moment que Chamois affirme son autorité et interdit à Murdoch de s’approcher de son hérisson favori. Il s’agit là d’un objet de haute valeur pour Murdoch et jusqu’à présent il n’a jamais prêté le hérisson à qui que ce soit et jusqu’à ce jour Chamois n’a jamais approché ce jouet, soudain, délibérément Chamois déplace par le regard Murdoch d’un bout à l’autre de la pièce plusieurs fois, le pauvre Murdoch obéit, semble légèrement déconcerté et calmement nonchalamment.

 

Chamois descend de son lit et va poser une patte triomphante sur le hérisson en présence d’un Murdoch totalement déstabilisé qui s’incline de ce jour Murdoch contrôlera toujours d’un regard si Chamois lui accorde l’autorisation de jouer avec le hérisson qu’elle lui prête volontiers la plupart du temps’’.

 

Ici on s’aperçoit dans un cas très concret comment se passe la hiérarchie chez les chiens, là je ne vous ai lu qu’un petit passage d’un chapitre et ça nous apprend vraiment énormément sur comment les chiens se gèrent entre eux.

Elle aborde aussi les périodes de développement du chiot et du chien, c’est ce qui permet aussi de comprendre, alors évidement on n’a pas notre chiot à un jour, mais c’est bien de savoir que jusqu’à 4 mois c’est la période de socialisation, que jusqu’à tel âge il y a telle et telle période, ça c’est vraiment très intéressant, ça permet aussi d’appréhender l’éducation de son chien et de savoir comment agir avec lui, de façon un peu plus précise en tout cas de mieux comprendre ça.

Il y a aussi quelque chose de très important, c’est que le chien n’est pas comme nous, il n’a pas le même odorat, typiquement quand on va par exemple en balade on comprend il faut comprendre que chien à besoin de renifler toutes les odeurs parce que lui, il est vraiment dans un monde d’odeur et que renifler va lui permettre d’appréhender son environnement, ses congénères, ses voisins, aussi bien que vous, vous serrez la main à vos voisins, lui va faire pipi sur le coin d’une rue.

 

Elle aborde aussi beaucoup le chien et l’homme, pourquoi est ce qu’on souhaite un chien, souvent les gens ne se pose pas forcement la bonne question, il y a des cas assez concrets, ça permet se projeter et de voir dans quel cas on est, pour ensuite savoir si on fait la bonne démarche, par exemple est ce qu’on a pris un chien parce qu’on a besoin d’amour, il va combler un manque affectif et un chien n’est pas là pour combler un manque affectif, est ce qu’on la pris parce qu’on veut quelqu’un à dominer, parce qu’on a envie d’avoir du pouvoir, parce que dans nos vies on en a pas, forcement un chien c’est plus facile, on va lui demander toute sortes de choses juste pour avoir du pouvoir…

 

Voilà elle aborde un peu tout ça dans son livre, c’est très intéressant parce que même si on a de bonnes intentions à la base, on peut se rendre compte qu’on a de bonnes intentions mais derrière ça cache quelque chose de pas forcement bien, donc il faut faire attention avec ça, cela aussi m’a beaucoup plu.

Elle parle aussi de l’évolution du chien dans la société, comment il a intégré la famille etc. aujourd’hui il y a des chiens électroniques, il y’a des tamagochi moi je sais que quand je sors Akiko et Kuma, c’est des Shiba Inu, souvent les adultes ne savent pas ce que c’est et les enfant derrière de 10-13 ans, mais si maman c’est un Shiba Inu tu connait le Shiba Inu ? Oui j’ai le même dans nintendog!

Le chien à une place assez différente d’il y a quelques années, c’est aussi important de dire à ces enfants ok tu as une nintendog c’est très bien, mais sortir le chien quand il pleut ce n’est pas pareil que d’appuyer sur un bouton pour le nourrir ou pour le sortir, c’est aussi bien pour les parents de faire attention à ça.

Joëlle Caverivière nous parle aussi du bien et du mal par rapport à l’ injustice humaine souvent, j’ai déjà écrit un article à ce sujet, que je vais publier bientôt, le chien n’a pas les mêmes codes que nous, la société nous dit que ce n’est pas bien de faire pipi sur un sac à main, lui tout ce qu’il voit c’est qu’il fait pipi sur quelque chose qui une odeur, il ne va pas se rendre compte que c’est mal de le faire, j’en parlerai plus longuement dans un autre article.

Joëlle Caverivière aborde l’apprentissage et la motivation, c’est un excellent livre pour apprendre à apprendre, c’est-à-dire que souvent on oublie qu’on apprend des choses à notre chien qu’il ne connait pas, on part du principe que le chien doit savoir s’asseoir, se coucher, ne doit pas bouger quand lui demande, non ce n’est pas acquis, ce n’est pas dans ses gènes, il faut lui apprendre et bien lui apprendre.

Il y a eu beaucoup de méthodes  coercitives pendant très longtemps, aujourd’hui on est passé aux méthodes positives dans la motivation, elle en parle très bien, elle explique au niveau des émotions, savoir comment faire avec les émotions du chien.

Elle parle aussi beaucoup du renforcement positif, on en parle beaucoup, c’est bien d’avoir une approche un peu plus complète de ce qu’est le renforcement positif.

 

Joëlle Caverivière nous explique aussi les bonnes habitudes, avec l’espace et typiquement les mythes sur les théories de la dominance.

C’est-à-dire que le chien n’a pas le droit d’aller sur le lit, il doit manger après nous, il doit être à nos ordres pour certaines choses, tout cela c’est des mythes c’est-à-dire des observations qui ont été faites et dont a écoulé toute la théorie de la dominance sur quelques observations. C’est bien d’aller un peu plus loin de savoir pourquoi c’est un mythe pourquoi ce n’est pas forcement la réalité.

Par exemple elle aborde le lit et son mythe, à savoir pourquoi le chien n’a pas le droit de monter sur le lit, en fait c’est plutôt le fait de le faire descendre qui est plus important, ce sont des choses qu’on ne sait pas forcement et on en a entendu tellement, que c’est bien d’avoir un avis assez éclairé sur la question.

 

Elle parle également des manipulations à faire comme coucher son chien, j’en parlais l’autre jour avec une amie qui voulait faire des expos et qui disait que son chien ne se laisser pas vraiment touché il y a des choses à faire sur les manipulations, on sait que le chien n’aime pas se faire caresser sur la tête il préfère sur le poitrail, donc voilà tout ça est assez intéressant.

 

Joëlle Caverivière évoque aussi beaucoup l’éducation avec tous les principaux thèmes qui reviennent régulièrement comme la laisse, la propreté, le rappel, le assis ,le coucher…

Ce qui est bien c’est qu’en fait elle nous donne des méthodes d’apprentissage, par exemple quand elle aborde le assis elle nous explique étape par étape comment faire.

Elle nous dit par exemple, qu’on doit faire telle séquence, assis d’abord, puis recomposé, puis rappeler c’est vraiment étape par étape, c’est vraiment très intéressant, je pense que tout le monde y trouvera con compte.

 

Elle nous parle aussi beaucoup de la propreté, enfin ce que nous appelons la propreté et ce que le chien appelle propreté, parce qu’on ne veut pas que le chien fasse à l’intérieur de la maison.

Par contre le chien se dit pour être propre, je ne dois pas faire là ou je dors et là ou je mange, sauf que s’il dort et mange dans la cuisine.

Il peut très bien faire ses besoins dans le salon, pour lui ce n’est pas un souci, il n’a pas appris à se retenir, c’est naturel pour lui, dans la nature il ne va pas au toilette. Il fait quand il sent qu’il en a envie, ça c’est l’apprentissage ce n’est pas quelque chose d’inné chez le chien.

 

Il faut vraiment faire attention à ça parce que cela peut créer des non-sens, elle nous explique d’ailleurs toute la vie du petit chien, à la maison donc il fait sur le tapis, sa maitresse le dispute, finalement .

Il va comprendre qu’il ne doit pas faire en présence de sa maitresse alors qu’il pensait juste qu’il ne fallait pas faire sur le tapis, ça crée des non-sens parfois, donc c’est bien de savoir comment faire et comment appréhender toutes les faces du chiot et ce qu’on doit faire quand il arrive, on cherche aussi à avoir un chien heureux, c’est aussi une façon de le rendre heureux que de savoir un peu comment parler avec lui et ce dont il a besoin.

Elle nous parle aussi des comportements gênants et déviants, c’est aussi un problème assez important parce que des fois il y a des problèmes médicaux, c’est-à-dire qu’un chien qui fait pipi partout tout le temps, oui ça peut être un problème comportemental, mais ça peut aussi être un problème de vessie tout simplement.

Donc quand je parle de problèmes gênants ou déviants, je parle des choses qui sont relativement normales et rencontrent beaucoup de propriétaires,ça passe de la marche en laisse difficile, un chien qui tire beaucoup, d’une part pourquoi il tire.

Il y a plusieurs raisons, est ce qu’il tire par excitation, est-ce qu’il tire parce qu’il n’est pas bien près de vous, est ce qu’il tire parce qu’il a appris a tirer parce que mine de rien on ne se rend pas compte, mais on apprend beaucoup au chien à tirer en tirant nous-mêmes.

Comme je dis toujours il faut savoir évaluer la cause du comportement et non la conséquence, c’est-à-dire que le chien tire parce qu’il est excité, il ne faut pas voir pourquoi il tire, mais pourquoi il est excité et comment canaliser cette excitation par exemple.

 

Elle nous parle aussi des destructions, est-ce qu’il détruit parce qu’il est anxieux, est-ce qu’il détruit parce qu’il n’arrive pas à se détacher de vous, est ce qu’il détruit parce qu’il s’ennuie tout simplement.

Il ne faut pas oublier que vous le laissé pendant le temps où vous allez au travail, mais lui, il n’a rien à faire pendant ce temps-là, c’est vrai que les chiens dorment beaucoup, mais malgré tout ça peut être de l’ennui, peut être que vous ne lui faite pas assez de promenades, tout ça c’est des comportements que les gens appelle comportements gênants, effectivement parce que ça les gênes, déviant parce que ce n’est pas ce qu’ils attendent de leurs chiens, toujours est-il que c’est des comportements relativement normaux dans la plupart des cas.

Il y a des cas pathologiques, je ne dis pas le contraire, il y a des cas bien plus grave et plus important qu’une simple destruction d’ennui, mais la plupart du temps, les gens qui appellent des professionnels pour ce genre de comportement c’est souvent des choses assez simples.

Joëlle Caverivière nous parle de l’agressivité et de la peur, c’est vrai que souvent beaucoup de propriétaires sont assez gênés par l’agressivité ou la peur de leur chien, souvent ça fait partie du même problème, c’est simplement une réaction différente, suivant le caractère du chien.

Je vous donne un exemple, un chien qui a peur de ses congénères, va être soit agressif, il va vouloir agresser tous les chiens du quartier et tous les chiens qu’il rencontre, soit au contraire très peu heureux et va du coup essayer d’éviter le contact et chercher à s’enfuir, de toute façon le chien à deux réponses à la peur, la fuite ou l’attaque, souvent c’est le même problème qui n’est pas vécu de la même façon, mais souvent c’est juste deux faces de la même médaille, il fauta arriver à gérer les émotions de son chien.

Je sais que ce qui m’a aussi beaucoup plu dans ce livre et surtout dans cette partie ça été de mettre des mots sur des choses que j’avais observé chez mes chiens, elle a fait un schéma très intéressant qui explique ce propos, c’est le seuil de tolérance des chiens.

Souvent on dit tel chien est gentil, tel chien est méchant, alors pourquoi on dit qu’il est méchant, parce que par exemple il va montrer beaucoup les dents, un autre chien qui est gentil dans les yeux des gens, dans la tête des gens, il ne gronde jamais il ne montre jamais les dents, jamais rien ne le dérange.

Il est toujours assez calme et assez gentil, mais en fait, en se rend compte que si on fait un petit pas de travers, quelque chose qui le dérange, il va tout de suite mordre et pincer très violemment, c’est-à-dire qu’il n’aura pas toutes ces phases où il prévient.

Il ne va pas grogner, il ne va pas montrer les dents, ou en tout cas très légèrement, il faut aussi savoir que le grognement est quelque chose de sain et qu’un chien qui grogne n’est pas méchant.

il prévient et effectivement est-ce-que ce n’est pas mieux qu’un chien prévienne comme ça, cela nous permet d’arrêter le comportement qui le dérange, plutôt qu’un chien qui prend sur lui et qui d’un coup va exploser et va nous mordre.

On dit d’un chien qu’il est méchant parce qu’il grogne, je dirais plutôt qu’il est un chien sain qui prévient, si votre chien grogne beaucoup, posez-vous la question de pourquoi et n’essayez surtout pas d’éteindre ce comportement qui est un comportement logique, normal et sain chez le chien.

C’est vrai que ça a été important pour moi de voir ce tableau parce que ça montre à quel point on peut avoir une vision assez déformée des comportements des chiens sans savoir vraiment ce qui les déclenchent, ensuite elle parle de tout ce qui apporte une réaction assez forte chez le chien, parce que par exemple un chien qui va grogner à la vue de ses congénères ne va pas forcement grogner après une main qui lui enlève la gamelle, par contre on pourrait avoir un chien qui grogne parce qu’un humain approche sa main de la gamelle, mais qui ne va pas grogner après un autre chien, tout ceci est bon à savoir et je dis toujours observez votre chien et observez dans quelle situation il émet tel signal, c’est pour moi très intéressant, très important.

Joëlle Caverivière en parle beaucoup dans son livre.

Je pense que la meilleure chose à faire c’est de l’acheter pour tous les propriétaires de chien, alors on ne le trouve pas forcement sur Amazon parce qu’ils disent qu’il est épuisé mais par contre sur son site www.planetechien.com on le retrouve assez facilement.

Elle l’envoie très rapidement, moi je l’ai reçu assez vite et en plus on peut même demander une dédicace personnalisée, donc je trouve que ça rapporte un peu d’humanité là dans et ça fait plaisir, n’hésitez pas à aller acheter le livre Planète Chien, moi j’y gagne rien du tout à part à ce que d’autres chiens soient peut être mieux compris par leurs propriétaires qui auront acheté ce livre, mais effectivement je ne gagne rien en argent à ce que vous achetez ce livre, mais pour le coup je le conseille, moi je l’ai dévoré.

Tous les gens qui l’ont lu m’ont dit qu’ils l’ont dévoré aussi, c’est vraiment facile à lire, c’est agréable, c’est bien construit …

Je remercie en tout cas Joëlle Caverivière d’avoir écrit ce livre qui pourra vraiment être utile que ce soit à des éducateurs ou aux propriétaires de chiens.

Si vous avez aimé cette chronique et que vous en voulez d’autres, n’hésitez pas à me laisser votre note dans iTunes afin que je sache si ça vous à plu ou pas et si je réitère l’expérience.

Merci à tous et peut être à bientôt pour de nouveaux podcast.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.6/5 (9 votes cast)

Chronique du livre Planète chien de Joelle CaveRiviere, 4.6 out of 5 based on 9 ratings

Wordpress SEO Plugin by SEOPressor