10 juin

[aromathérapie] Contre les puces et les tiques, que faire ? – Partie 1

Chaque année, le retour des beaux jours est malheureusement synonyme de retours nettement moins attendus.

Les moustiques, puces, tiques et autres acariens reviennent eux aussi dans le quotidien des chiens et de leurs maîtres.

 Ils sont non seulement une nuisance particulièrement agaçante mais représentent en plus de vrais risques pour votre chien. Les manières de lutter contre eux sont multiples : pipettes, colliers, sprays. L’offre est large, mais pourtant, certains propriétaires ont du mal à trouver un produit qui leur convient.

Il faut avouer que les événements récents rendent méfiants les propriétaires de primitifs. Ces dernières semaines, plusieurs shiba ont été intoxiqués par le CERTIFECT, dernier antiparasitaire de la compagnie Frontline, provoquant de graves problèmes neurologiques, heureusement la plupart du temps pris à temps. Le Frontline lui-même est remis en question. Il est désormais acquis qu’il ne fonctionne pas sur tous les chiens, ni sur tous les parasites. L’Advantix ou le Scalibor, pour finir, semblent avoir de bons résultats mais comptent également leur nombre d’allergiques.

Il est évident que ces produits sont nocifs, puisque c’est même leur principale fonction sur les insectes. En théorie, le seuil de toxicité est loin d’être atteint pour nos chiens. Reste qu’avec des organismes sensibles, on est en droit de s’en méfier.

Il faut néanmoins nuancer mes propos. Certes, les molécules présentes dans ces produits peuvent occasionner des dégâts, mais c’est aussi, et encore plus, le cas des pathologies transportées par les parasites. On doit donc bien trouver une solution pour protéger nos animaux avec le plus de sécurité possible.

 

Des protections plus naturelles ?

De plus en plus de laboratoires proposent aujourd’hui une gamme naturelle, souvent conçue à partir d’huiles végétales et essentielles. Je vais essayer de vous aider à y voir un peu plus clair. En effet, si c’est une bonne chose que ces produits se développent, c’est aussi le risque de voir apparaître des produits de piètre qualité !

On aurait tort de croire qu’un produit naturel ne peut pas être nocif. Premièrement, on peut craindre leur inefficacité mais on doit également penser qu’un produit inadapté peut faire plus de mal que de bien.

 

Que peut contenir mon produit ?

Je vous apprendrai prochainement à concevoir vous-mêmes la protection anti-parasitaire de votre chien en fonction de vos besoins. Si vous désirez déjà vous lancer, sachez qu’il existe des produits sur le marché mais il est bon d’avoir quelques bases pour faire le tri :

Le pyrèthre : il s’agit d’une plante utilisée depuis toujours comme insecticide naturel. Très toxique et répulsive pour les insectes, elle l’est bien moins pour les mammifères et les oiseaux que la plupart des insecticides de synthèse, ce qui en fait un insecticide naturel très utilisé. Attention néanmoins, elle est également toxique pour les créatures aquatiques.

L’huile de neem (ou margosa) : issue du margousier, arbre originaire d’Inde, cette huile végétale est un très bon répulsif, notamment sur les tiques, les moustiques et les puces. Elle fonctionne très bien en usage vétérinaire et entre donc régulièrement dans la composition des produits insecticides naturels.

Les huiles essentielles répulsives : elles sont nombreuses et certaines sont encore sujettes à discussion. On peut néanmoins avancer que la lavande (ou son alcool principal, le linalol) et le géranium (ou son alcool, le geraniol) sont des immanquables des produits répulsifs. Vous trouverez régulièrement aussi la citronnelle, l’eucalyptus citronné, la litsée citronnée ou la menthe.

N’ayant testé que peu des produits du marché, je ne me sens pas en mesure de vous conseiller ou déconseiller une marque particulière. Soyez quand même attentifs à certaines choses : regardez bien la composition, parfois, un beau packaging « naturel » peut cacher des produits chimiques.

Il est à mon sens important qu’au moins le pyrèthre ou l’huile de neem fassent partie des ingrédients. Les huiles essentielles ne suffisent pas à obtenir une protection complète et tous les deux sont parmi les insecticides les plus efficaces. Enfin, la profusion ne fait pas la qualité.

Il vaut mieux un produit avec peu d’huiles essentielles efficaces (lavande, géranium, tea tree) qu’un produit avec une multitude d’huiles essentielles qui parfois, combinées, peuvent s’avérer dangereuses.

Article écrit par Lise, propriétaire de Starbuck, un Shiba Inu mâle de 4 ans et de Boomer, petite Akita Inu de 3 mois. Lise est une adepte des produits naturels, de l’homéopathie et de l’aromathérapie. Retrouvez tous ses articles dans la rubrique Mon chien au naturel.

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager et à aimer ma page facebook.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 3.6/5 (9 votes cast)

[aromathérapie] Contre les puces et les tiques, que faire ? – Partie 1, 3.6 out of 5 based on 9 ratings

Wordpress SEO Plugin by SEOPressor